GUINÉ-BISSAU   

    feiten, impressies en beelden       

2 oktober 2019 

van  http://www.imf.org

IMF Staff Concludes Visit to Guinea-Bissau

October 1, 2019

At the request of Guinea-Bissau’s authorities, an International Monetary Fund (IMF) mission, led by Ms. Concha Verdugo-Yepes, visited Bissau from September 18 to October 1, 2019 to carry out a preliminary diagnostic of weaknesses in fiscal governance, market regulation, anti-money laundering and anti-corruption policies and practices.

At the end of the visit, Ms. Verdugo-Yepes issued the following statement:

“Guinea-Bissau faces deeply-rooted problems of weak governance and corruption, which need to be addressed to allow Guinea-Bissau to realize its economic potential and improve the living standards of the population. A first step towards this objective is to develop a comprehensive national anti-corruption strategy that focuses on adopting sound practices related to public financial management, tax policy, revenue administration, rule of law, anti-corruption, and anti-money laundering regimes. The IMF looks forward to continue to cooperate closely with the authorities as they develop such strategy.

“The IMF mission wishes to express its gratitude to the authorities for the constructive discussions and for their warm hospitality.”

The IMF mission met with President José Mário Vaz, Prime Minister Aristides Gomes and Minister of Finance Geraldo Martins, other high-level officials, and representatives of the private sector, civil society and the international donor community. 

                                                         ********************************

 

29 september 2019 

van http://www.news.org

Guinea-Bissau spotlights threats of organized crime, Sahel terrorism in speech to UN Assembly

Organized criminal networks continue to pose a threat to Guinea-Bissau and undermine stability in the West African nation, Foreign Minister Suzi Barbosa said in her speech on Saturday to the UN General Assembly.

Although criminal gangs have used the country as a transit point for illicit drugs, she reported that recent police operations have resulted in record seizures.

“This demonstration of our Government’s political will and determination to combat this scourge has deeply affected the political structures that sustain these businesses,” she said.

“It is clear that organized crime takes advantage of the fragility of our State with respect to entrenched local interests. In this regard, it is essential that we strengthen the mechanisms that our main partners use to monitor the political process in Guinea-Bissau.”

Following legislative elections held in March, a new Government was inaugurated in July under Prime Minister Aristides Gomes.

Prior to the vote, Guinea-Bissau had been caught in a constitutional crisis which began in 2015 when President José Mário Vaz replaced the Government of Prime Minister Domingos Simões Pereira. As a result, there had been seven different Heads of Government.

Ms. Barbosa outlined the current administration’s priorities, which include promoting inclusive dialogue to consolidate political stability and consensus around key issues such as institutional reform and revision of the Constitution.

“In addition to strengthening the democratic legitimacy of our political institutions, we intend to build the foundations for a better structured and more united society,” she said.

Guinea-Bissau will hold a Presidential election in November, and the Foreign Minister underlined the need for technical and financial assistance. The UN Integrated Peacebuilding Office in Guinea-Bissau (UNIOGBIS) is working to ensure the smooth completion of the electoral process.

Support counter-terrorism in the Sahel

Turning to the wider region, Ms. Barbosa appealed for international financing for the G5 Sahel to ensure its operational readiness.

The joint force brings together five countries – Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger and Chad – committed to combating jihadist groups in the region.

“The Sahel region is a perfect illustration of the devastating danger that terrorism poses to the world,” she said. “More than a regional threat, it affects the whole continent and may adversely impact world peace.”

Appeal for African representation in the UN Security Council

Ms. Barbosa joined other speakers who advocated for greater African representation in the UN Security Council.

Currently, only five countries – China, France, Russia, the United Kingdom and the United States – are permanent members of the body, possessing the right to veto.

Ten countries are also appointed as non-permanent members, serving two-year terms.

Ms. Barbosa called for the Council to be expanded so that Africa would have two permanent seats “with veto power” as well as five non-permanent seats. 

**************************

17 september 2019


van http://www.news.org

‘All efforts must be made’ to ensure peaceful elections for Guinea-Bissau, Security Council hears

Since the inauguration of Guinea-Bissau’s new Government in July, the political arena has been dominated by preparation for presidential elections, the assistant chief for UN peacekeeping operations in Africa told the Security Council on Tuesday, briefing members on the state of the nation, and the UN peacebuilding office there.

Bintou Keita, Assistant Secretary-General for the Department of Peacekeeping Affairs and Department of Peacekeeping Operations, commended the West African nation for “the successful holding of the legislative elections on 10 March,” despite delays due to political clashes.

With 75 days left until the presidential poll, the political process remains fraught with questions of legitimacy, Ms. Ketia said.  “There is a general feeling of mistrust among national stakeholders surrounding the electoral process,” which must be addressed “to ensure a peaceful and consensual process,” she emphasized. 

The peaceful March election come in the wake of a political crisis simmering in the country since 2015, when then President José Mário Vaz replaced the Government of Prime Minister Domingos Simões Pereira, who came to power in 2014. Since then, there have been seven different heads of Government. 

Speaking to UN News in March from the capital city of Bissau, one voter summed up national concerns in just three words: “Work, education, and health,” Saido Embalo said. “Those are our main problems”.

Ms. Ketia noted that since then, Government had made progress in key areas including “achievement of gender parity and the appointment of some highly qualified youth in the new Cabinet”, as well as the adoption of an emergency plan of relief in the “education, health, infrastructure and public services sectors.” 

The Assistant-Secretary General encouraged international donors to help ensure plans for the presidential election are realized on 24 November. The United Nations is “working closely” with authorities and electoral bodies to adjust and finalize the budget, last calculated at $5.3 million, she said.

“Time is of the essence,” Ms. Keita urged the Council, underscoring that international contributions “will be instrumental in ensuring the crucial elections move forward. 

“All efforts must be made to ensure the timely holding of an inclusive, credible and peaceful presidential election,” Ms. Ketia concluded. “Both the “Government and the international community should abide by their commitments to provide resources for the election.”

*********************

11 september 2019 

www.reuters.com

Guinea-Bissau police say 1.8 tonnes of cocaine seized in biggest ever haul

BISSAU (Reuters) - Police in Guinea-Bissau have seized more than 1.8 tonnes of cocaine hidden in flour bags in the biggest seizure in the country’s history, authorities said on Tuesday.

Police said the drugs had arrived by sea in the country’s northwest. After a two-week intelligence operation, police arrested eight people: four Bissau-Guineans, three Colombians and a Malian, the force said.

It was the second large drug shipment to be caught this year in the former Portuguese colony on the Atlantic Coast, long a major crossing point for Latin American cocaine headed to Europe. An 800 kg haul was seized in March.

Guinea-Bissau is home to just 1.8 million people and covers just 10,800 square miles, but its plethora of remote islands and unpoliced mangrove creeks makes it ideal territory for smugglers.

Police said the latest shipment was on its way to Islamist militants: “The drugs belong to the terrorist network Al Qaeda. The cocaine comes from Colombia. But the destination is the Arab Maghreb,” said Domingos Monteiro, deputy director of the judicial police.

Al-Qaeda’s affiliate in north and West Africa is based primarily in northern and central Mali but has a presence across the region. Authorities in the region have long suggested it is involved in drug trafficking in the lawless Sahara desert.

For years, the United Nations described Guinea-Bissau as a “narco state” in which drug traffickers had become so powerful they controlled parts of the government. But after the arrest of some politicians implicated in the trade by the United States’ Drug Enforcement Administration in 2012, Bissau’s cocaine traffic seemed to decline or go underground.

Writing by Anna Pujol-Mazzini; Editing by Tim Cocks and Peter Graf

                         ********************************

3 augustus 2019

van  http://www.bissauactu.com

 

CIPRIANO CASSAMÁ : Ma candidature à la Présidence de la République est une « décision irréversible ».

 

juillet 31, 2019 No Comments candidatureCipriano CASSAMÁla présidencela République   

Cipriano Cassamá, président du parlement bissauguinéen, a déclaré aujourd’hui que la décision de se présenter à la présidence du pays « est irréversible » et que le chef du PAIGC « sait très bien » qu’il a l’intention de se présenter aux élections présidentielles en novembre.

 

Lors d’une rencontre avec les vétérans du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Cipriano Cassamá a exprimé sa colère contre le chef du parti, Domingos Simões Pereira, à qui il a toujours dit avoir exprimé sa volonté de devenir président de la Guinée-Bissau.

 

Les larmes aux yeux, Cipriano Cassamá a dit qu’il était « un homme de principe, une personne de sa parole » qui ne trahissait habituellement personne.

 

« Je ne trahis personne, mais quiconque me trahira me trahira. Quiconque m’humilie, je lui rendrai la même humiliation », a défendu Cipriano Cassamá, s’exprimant en créole.

 

Le premier vice-président du PAIGC a également révélé avoir demandé à Domingos Simões Pereira, en juin 2017, quelle était son ambition politique, ayant reçu la réponse suivante : « Il m’a dit qu’il voulait continuer à être président du PAIGC et Premier ministre. Je lui ai dit qu’il avait toute ma fidélité, comme je l’ai toujours fait par le passé et à tout moment, » note Cassamá.

 

A cette occasion, il a indiqué qu’il avait informé Domingos Simões Pereira qu’il souhaitait devenir Président de la Guinée-Bissau et qu’il l’avait conseillé sur les mesures à prendre dans le pays et à l’étranger.

 

« J’ai fait mon travail », a déclaré Cipriano Cassamá, soulignant que j’avais récemment réaffirmé la même intention au chef du parti.

 

Ce jour-là, avant de me rendre en Angola, j’ai demandé une audience avec le président du parti, où j’ai réaffirmé ma candidature à la présidence de la République, à laquelle il a répondu :  » Et moi ?

 

Le candidat à la présidence de la Guinée-Bissau a déclaré qu’il ne voulait pas  » gâter le PAIGC « , mais a assuré que son intention de se présenter aux élections présidentielles, prévues le 24 novembre,  » est irréversible.

 

« C’est une candidature pour avancer. Je n’abandonnerai pas. C’est de la politique « , a déclaré Cipriano Cassamá, qui ne comprend pas pourquoi certains vétérans du PAIGC tentent de le dissuader de présenter sa demande.

 

M. Cassamá a déclaré qu’il n’accepterait pas qu’on lui dise de ne pas aller de l’avant, arguant que il ‘était  » très important au Parlement « .

 

« Je vous demande pourquoi je ne peux pas être important à la Présidence de la République pour que nous puissions mettre fin définitivement à ce cycle d’instabilité dans le pays », a déclaré Cipriano Cassamá.

 

Face aux déclarations de Cipriano Cassamá, le chef du PAIGC, dont de nombreux cercles du parti admettent qu’il pourrait être un candidat à la présidence, a envoyé la décision sur la personne qui sera choisie pour les élections du 24 novembre aux primaires qui auront lieu.

*************

 

JOMAV À ABUJA  POUR PARTICIPER AU SOMMET DE LA CEDEAO

van  http://www.bissauactu.com

juin 28, 2019 

 

Le chef de l’Etat sortant de Guinée-Bissau, José Mário Vaz, se rend ce vendredi 28 juin 2019 au Nigéria pour participer samedi à Abuja au 55ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté Commission économique pour les États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

L’information est contenue dans un communiqué de presse du bureau de la communication de la présidence dont bissauactu.com a eu copie . Le communiqué, indique que lors de ce voyage au Nigeria, le président sortant sera accompagné du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Communautés, João Ribeiro Có et par certains membres de son cabinet.

Les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO se réunissent samedi 29 juillet à Abuja pour débattre de la crise politique en Guinée-Bissau et définir la liste des sanctionnées pour avoir bloqué le processus de stabilisation du pays. pays.

Le sommet ordinaire intervient à un moment où les partis majoritaires au Parlement accusent le président sortant, José Mário Vaz, de refuser de nommer le nouveau gouvernement issu des élections législatives du 10 mars et de se préparer à un coup d’État.

José Mário Vaz, qui a reçu dimanche la composition du gouvernement dirigé par le Premier ministre Aristides Gomes, n’a pas respecté l’agenda de la CEDEAO qui prévoyait la nomination du gouvernement avant la fin de son mandat de cinq ans dimanche dernier (23 juin). .) Le président s’est tourné vers le silence.

Ce pendant Domingos Simões Pereira, qui a accusé mercredi José Mário Vaz d’avoir tenté de réaliser un coup d’État, appuyé par le Sénégal pour nommer une initiative présidentielle dirigée par le gouvernement, s’est rendu à New York pour discuter de la situation du pays aux Nations Unies. ONU).

Outre le président José Mário Vaz, Cipriano Cassama présidentde l’Anp , et le Premier ministre, Aristides Gomes, participeront au sommet, selon les informations disponibles.

                          ***************

11 juni 2019

van  http://www.bissauactu.com

Guiné-Bissau: L’impasse sur le bureau de l’Assemblée ne devrait pas retarder la nomination du gouvernement .

juin 8, 2019


L’Union européenne tient à la  nomination d’un nouveau gouvernement et à fixer la date de la tenue des élections présidentielles en Guinée-Bissau, a déclaré Federica Mogherini. La diplomate de l’Union européenne (UE) Federica Mogherini a déclaré aujourd’hui que le problème de l’élection du bureau du parlement  en Guinée-Bissau « ne devrait pas retarder la nomination du nouveau Premier ministre » par le président. « Selon la Constitution, le président a la prérogative de désigner un nouveau Premier ministre en temps voulu, conformément aux résultats des élections. Toute question relative à l’élection de la table de l’Assemblée nationale ne devrait pas retarder la nomination d’un nouveau Premier ministre.  « déclare Federica Mogherini, communiqué de presse de la haute représentante de l’Union pour la politique étrangère. Le diplomate européen a déclaré que près de trois mois après les élections ayant donné la victoire au Parti africain de l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), dirigé par Domingos Simões Pereira, « la situation économique est critique et les tensions se renforcent  il n’y a pas de gouvernement établi. «  Mogherini a également souligné que la fin du mandat du président guinéen José Mário Vaz « approche de la fin » et que « selon la loi électorale, une date devrait être fixée pour les élections présidentielles entre le 23 octobre et le 25 novembre »  . Dans la déclaration, le représentant a évoqué la volonté de l’UE de « continuer à coopérer de manière constructive avec les autorités de la Guinée-Bissau en étroite coopération avec P5 [Union africaine, Union européenne, Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) »  et la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP)], en particulier avec la CEDEAO. L’Union européenne est le principal partenaire multilatéral de la Guinée-Bissau et finance la présence d’Ecomib (force d’interposition de la CEDEAO en Guinée-Bissau) dans le pays. Le  président de la Guinée-Bissau, José Mário Vaz, trois mois après les élections législatives en Guinée-Bissau, le 10 mars, il  n’a pas encore nommé le Premier ministre et le gouvernement, affirmant que le problème de l’élection de la table de l’Assemblée nationale populaire n’avait toujours pas été résolu.  conduit à plusieurs manifestations. L’impasse politique a commencé avec l’élection des membres du Congrès national du peuple. Après la reconduction de Cipriano Cassamá, du PAIGC, au poste de président du Parlement et de Nuno Nabian, du premier vice-président de l’APU-PDGB, la plupart des députés guinéens ont voté contre le nom du coordinateur du Mouvement.  l’alternance démocratique (Madem-G15, Braima Camará, deuxième vice-président du parlement). Le Madem-G15 a refusé de prendre un autre nom et a déposé une injonction pour annuler le vote, mais a été rejeté par la Cour suprême. En revanche, le PRS se réclame du nom du premier secrétaire de la table de réunion. Le parlement de la Guinée-Bissau est divisé en deux grands blocs, l’un comprenant le PAIGC (le parti législatif le plus voté mais sans la majorité), l’APU-PDGB, l’Union pour le changement et le Parti de la nouvelle démocratie (54  députés, et un autre qui a rejoint le Madem-G15 (deuxième parti le plus voté) et le PRS, avec 48. 

                ***************

 

29 mei 2019

 van  http://www.bissauactu.com 

Guinée Bissau Trafic de drogue : Nuno Nanbian interpelle Jomaz sur l’implication de son fils

mai 28, 2019 No Comments

Le leader  de l’Assemblée du Parti populaire unifié (APU-PDGB), a interrogé samedi le chef de l’Etat, José Mário Vaz, sur l’implication de son fils Herson Vaz dans le trafic d’environ 800  kilogramme  de cocaïne  saisis en mars dernier par la police judiciaire du pays (PJ).

Nuno Gomes Nabian a pris la parole à la fin de la manifestation publique devant la place des martyrs pindjiquiti à Bissau pour réclamer la nomination du Premier ministre à la suite des élections législatives. Il a déclaré que le président avait l’obligation d’informer le peuple sur l’implication de son fils dans le trafique de drogue.

« Nous parlons de tonnes de drogue saisies par la PJ. Le chef de l’Etat a donc l’obligation d’expliquer aux bissauguinéens si son fils et ses alliés politiques sont impliqués dans le trafic de drogue dans le pays », a déclaré Gomes Nabian.

À l’époque, Gomes Nabian révèle que « Jomav » est un homme pris en otage par des trafiquants de drogue. Il cherche maintenant à protéger sa personne, sa famille et ses amis proches impliqués dans le blanchiment d’argent, le trafic de drogue et la déviance de riz offert par la Chine.

Nabian, premier vice-président du parlement bissauguinéen, déclare que tout bissauguinéen impliqué dans le trafic de drogue, y compris le chef de l’Etat, devrait être traduit en justice et sollicité l’appui de la communauté internationale pour aider la Guinée-Bissau à lutter contre  la drogue dans le pays.

En ce qui concerne la lenteur dans la nomination du nouveau gouvernement, le leader  APU-PDGB révèle que le président de la république prépare un plan impliquant l’armée de ruiner la X législature et permettant aux hommes de la force de défense nationale de prendre le contrôle du pouvoir, formant un gouvernement de  unité nationale.

**********

 10 maart 2019

foto: Reuters

van  http://www.rfi.fr 


En Guinée-Bissau, des législatives pour sortir de la crise

Par Arnaud Jouve Publié le 09-03-2019 Modifié le 09-03-2019 à 06:33

Les élections législatives prévues dimanche 10 mars doivent permettre à la Guinée-Bissau de tourner la page d’un passé agité. Ce scrutin, qui devrait être suivi d'une élection présidentielle et d’une normalisation des institutions, pourrait ouvrir la voie à une levée des sanctions internationales imposées au pays depuis le dernier coup d’Etat militaire, en 2012. Des législatives aussi pour sortir de la crise politico-militaire qui perdure depuis l’éviction du premier ministre Domingos Simoes Pereira par le président José Mario Vas en août 2015.

Situé entre le Sénégal et la Guinée, la Guinée-Bissau est une ancienne colonie portugaise qui a accédé à l’indépendance à la suite d’une longue guerre de libération. En 1956, Amilcar Cabral et Rafael Barbosa fondent clandestinement le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC). En 1961, ce mouvement engage une lutte armée contre les Portugais jusqu'à contrôler la majeure partie du pays en 1968. Amilcar Cabral, surnommé le « Che » africain (en référence au « Che Guevara » à Cuba) est assassiné à Conakry (Guinée) en 1973. La même année, le 24 septembre 1973, le PAIGC déclare l’indépendance de la Guinée-Bissau, qui est reconnue par les Nations unies. Le 10 septembre 1974, le Portugal, après la révolution des Œillets et la chute de la dictature de Marcelo Caetano, reconnaîtra officiellement l’indépendance de la Guinée-Bissau.

Coups d’Etat, assassinats et tentatives démocratiques

A la proclamation de l’indépendance, Luis Cabral, le demi-frère d’Amilcar Cabral, devient le premier président du jeune Etat. Mais en 1980, il est renversé par un coup d’Etat mené par le Premier ministre Joao Bernardo Vieira qui dirige un gouvernement provisoire de 1980 à 1984 à l’issue duquel il est reconduit par l’Assemblée nationale à parti unique. Il cumule ainsi les fonctions de chef de l’Etat, chef du gouvernement et commandant des forces armées. Après de multiples tentatives de coup d’Etat et l’exécution de son vice-président pour trahison, il se fait réélire à l’occasion des premières élections présidentielle et législatives multipartites organisées dans le pays en 1994. A l’issue de son mandat en 1998, il refuse d’organiser de nouvelles élections. Une junte militaire menée par le général Ansoumane s’oppose au président et engage le pays dans une guerre civile. Après ce rapport de force, la junte renverse le président en mai 1999 et l’oblige à s’exiler.

En février 2000, de nouvelles élections sont organisées et portent au pouvoir le candidat de l’opposition Kumba Lalà. Le pays, dévasté par la guerre, est sinistré économiquement et les institutions démocratiques peinent à fonctionner normalement face au poids de l’armée. Un nouveau coup d’Etat en septembre 2003, mené par le général Verissimo Seabra Correia, renverse Kumba Lalà. L’année suivante, le général est assassiné par des soldats mutins de retour du Liberia. L’ancien président Joao Bernardo Vieira rentre d’exil et se fait réélire le 24 juillet 2005. Quatre ans plus tard, il est assassiné à son tour par des militaires, en représailles à un attentat à la bombe qui avait tué le chef d’état-major des armées.

De nouvelles élections en juillet 2009 portent au pouvoir le candidat du PAIGC, Malam Bacai Sanha, mais celui-ci décède de maladie en janvier 2012. Des élections sur deux tours sont alors de nouveau organisées. A l’issue du premier tour le 11 mars 2012, le Premier ministre sortant Carlos Gomes est en tête face à l’ancien président Kumba Lalà. Mais avant que le second tour ne départage les deux candidats, dans la nuit du 12 avril le général Mamadu Ture Kuruma fait un coup d’Etat, prend le pouvoir et fait emprisonner Carlos Gomes et d’autres responsables politiques. La communauté internationale exige un retour à l’ordre constitutionnel. La junte militaire et les ex-opposants au régime du Premier ministre Carlos Gomes annoncent la dissolution des institutions et la création d’un « Conseil national de transition » avec un président intérimaire, Manuel Serifo Nhamadjo, pour une période de transition de deux ans à l’issue de laquelle seront organisées des élections. Des sanctions internationales sont imposées à la Guinée-Bissau et plus de 500 militaires de l’Ecomog, la force ouest-africaine, sont déployés sur le territoire pour sécuriser le processus de transition politique.

La crise politique de 2015

Effectivement, des élections sont organisées deux ans plus tard et marquent un retour à la légalité constitutionnelle malgré un climat de forte instabilité. José Mario Vaz (du PAIGC) devient le nouveau président de la Guinée-Bissau le 13 avril 2014 et choisit comme Premier ministre Domingo Simoes Pereira, le chef du parti du PAIGC conformément à la Constitution bissau-guinéenne, qui spécifie que le poste de Premier ministre revient au chef du parti vainqueur des législative (le PAIGC).

Pourtant en août 2015, le président limoge son Premier ministre et son gouvernement, dénonçant notamment dans un discours « un manque de transparence dans l’attribution des marchés publics, la corruption, le népotisme, des obstructions à la justice », en référence aux démêlés judiciaires de plusieurs ministres, dont celui des Affaires étrangères, soupçonné d’être impliqué dans une affaire de corruption. Pour d’autres observateurs du PAIGC, « la vraie raison est que le président voudrait piloter l’action gouvernementale mais la Constitution ne lui offre pas cette prérogative ». La Guinée-Bissau s’enfonce dans une grave crise politique.

Après une longue période de vacance gouvernementale, le président nomme en septembre 2015 Carlos Correa, un vétéran du PAIGC, avant de le congédier en mai, fustigeant l’absence de plan gouvernemental. En septembre 2016, la Cédéao et les Nations unies mettent en place les Accords de Conakry pour aider la Guinée-Bissao à sortir de la crise politique qui se pérennise. Plusieurs Premiers ministres se succéderont. Umaro Sissoco Embalo en novembre 2016, Artur Sylva en janvier 2018 et Aristide Gomes avril 2018. Le Conseil de sécurité de l’ONU, en août 2018, note des améliorations de la situation politique mais rappelle que conformément aux Accords de Conakry, des réformes constitutionnelles et électorales restent à réaliser.

Les élections législatives du dimanche 10 mars

Les élections législatives, initialement prévues en novembre 2018, doivent permettre de tourner la page de cette crise qui, depuis 2015, perturbe la vie politique du pays. Un des objectifs principaux : préparer la Guinée-Bissau à l'élection présidentielle qui doit suivre. Ce processus devrait ouvrir la voie à une levée des sanctions onusiennes entre fin 2019 et début 2020. D’ici là, l’ONU entend accompagner des réformes pour doter le pays « d’institutions impartiales, transparentes, responsables et compétentes dans les domaines de la sécurité et de l’Etat de droit ».

Le président José Mario Vaz, de son côté, a nommé un nouveau ministre de l’Intérieur, Edmundo Mendes, un ancien procureur et professeur de droit à l’Université Amilcar Cabral pour faciliter la campagne et le scrutin au lendemain de la répression d’une manifestation d’étudiants. Une nomination consensuelle, réclamée par les partis politiques et la société civile qui craignent des violences, tout comme la communauté internationale. Vingt des 21 partis en lice ont signé le 14 février un « pacte de stabilité » dans lequel ils se sont engagés à recourir aux voies légales en cas de contestation et à éviter les « attaques verbales ou l’utilisation de la force ».

Le scrutin à la proportionnelle à un seul tour doit permettre de renouveler les 102 sièges de l’Assemblée nationale dominée par l’opposition, comprenant principalement 15 députés pour le Mouvement pour l’alternance et la démocratie (Madem), 41 députés pour le Parti pour la rénovation sociale (PRS), 42 députés pour le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) et d'autres petits partis pour le reste des sièges.

Le scrutin de dimanche s'annonce vital pour ramener le pays sur une trajectoire stabilisée au sein de la communauté internationale. 

****************

14 januari 2019


Security Council Press Statement on Guinea-Bissau

The following Security Council press statement was issued today by Council President Kacou Houadja Léon Adom (Côte d’Ivoire):

The members of the Security Council were briefed on 21 December 2018, on the special report of the Secretary-General on the assessment of the United Nations Integrated Peacebuilding Office in Guinea-Bissau (UNIOGBIS) and the latest political developments in Guinea-Bissau, by Assistant Secretary-General for Political Affairs, Taye-Brook Zerihoun, and Ambassador Mauro Vieira, Permanent Representative of Brazil to the United Nations, in his capacity as Chair of the Guinea-Bissau Configuration of the Peacebuilding Commission.

The members of the Security Council took note with interest of the special report of the Secretary-General on the assessment of UNIOGBIS, as well as the recommendations to reconfigure the United Nations presence in Guinea-Bissau by streamlining UNIOGBIS into a good offices mission focused on the facilitation of the political and contingent upon the successful completion of the electoral cycle.  The members of the Security Council expressed their intention to deliberate on the findings and recommendations in negotiating the next UNIOGBIS resolution in February 2019.

The members of the Security Council expressed their deep concern regarding the status of preparations for legislative elections and regret that the Government of Guinea-Bissau did not hold legislative elections on 18 November 2018.  They stressed that legislative elections are a fundamental step in resuming sustainable and nationally owned reforms and should take place prior to the presidential elections foreseen in 2019.  The members of the Security Council took note of the completion of the voter registration process, as well as the announcement of a new date for legislative elections, to be held on 10 March 2019.

The members of the Security Council reiterated the important role of the Economic Community of West African States (ECOWAS), in supporting peacebuilding and sustaining peace in Guinea-Bissau.  They took note of the ECOWAS assessment of Guinea-Bissau on 12 December and shared the concerns expressed in the final communiqué of the ECOWAS Authority of Heads of State and Government of 23 December which noted difficulties created by some political stakeholders that delayed the voter registration process.  The members of the Security Council commended the ECOWAS for its determination to hold accountable political stakeholders and others who obstruct the smooth conduct of the electoral process.

The members of the Security Council expressed their concern that unless political actors demonstrate renewed good faith and political will to hold genuinely free and fair elections, Guinea-Bissau is set to face a continuous cycle of instability.

The members of the Security Council therefore appealed to all Bissau-Guinean actors to work towards the preservation of the still fragile gains in the path of stability in the country and reaffirmed the importance of holding genuinely free and fair legislative elections in Guinea-Bissau no later than 10 March 2019 and ensuring the full participation of women.  They underscored that all Bissau-Guinean political stakeholders must overcome their differences, reach consensus, and uphold the interests and well-being of their people above all else, and strongly urged all stakeholders to redouble their efforts to ensure the smooth organization of elections, as mandated by the Constitution of Guinea-Bissau.

The members of the Security Council recalled that the implementation of the Conakry Agreement of 14 October 2016, based on the ECOWAS six-point road map, is the primary framework for a peaceful resolution of the political crisis, as it offers an opportunity for national authorities and political leaders, as well as civil society, jointly to ensure political stability and build sustainable peace.  In that respect, the members of the Security Council urged for continued talks and inclusive dialogue for the signing of the Stability Pact.

The members of the Security Council commended Guinea-Bissau defence and security forces for their continued non-interference in the political situation in Guinea-Bissau, and strongly urged them to maintain the same posture.  They also encouraged the continuation of the ECOWAS Mission in Guinea-Bissau (ECOMIB) operations in Guinea-Bissau through the end of the electoral cycle in 2019 to maintain stability in the country and invited international partners to support ECOWAS in this regard.

The members of the Security Council reaffirmed their full respect for the sovereignty and territorial integrity of Guinea-Bissau, in accordance with the United Nations Charter, and welcomed the support of bilateral and multilateral partners, including the United Nations, African Union, ECOWAS, the Community of Portuguese Language Countries, and the European Union.  The members of the Security Council encouraged them to continue to play a constructive role in support of building and sustaining peace in Guinea-Bissau.

**********